Archive

Archives pour 06/2010

A quand une régie de l’eau à Villepreux?

Bataille de l’eau

Après la sortie du Syndicat des

Eaux d’Île-de-France (Sedif), il a fallu

choisir un mode de distribution de

l’eau potable pour les habitants de

Viry-Châtillon. Un choix que la communauté

d’agglomération Les Lacs

de l’Essonne, présidée par notre

camarade Gabriel Amard, a voulu

prendre de concert avec l’ensemble

des citoyens en organisant une votation.

Car, soucieux de préserver ce

bien public indispensable à la vie et

de sortir de la logique de profit à

l’oeuvre avec Veolia, prestataire du

SEDIF, les élus du Front de gauche,

majoritaires à l’Agglo, proposaient la

création d’une régie publique.

La consultation a eu lieu du 12 au

19 juin et a concerné aussi bien les

habitants de Viry-Châtillon que de

Grigny qui fait également parti de la

communauté et dont le mandat la

liant à la Lyonnaise des eaux expire

en 2018. Le résultat a été clair

puisque 95,58% des votants ont répondu

Oui et 4,42% Non.

Il est vrai que les arguments de Gabriel

Amard étaient convaincants :

« La première année, en 2011, nous

achèterons l’eau à un producteur

privé, au prix le plus faible possible.

Puis, en 2012, une fois les travaux

nécessaires réalisés, nous nous fournirons

à la régie publique de l’eau de

Paris. Cela devrait permettre de réduire

le prix de l’ordre de 63 centimes

du mètre cube la première année,

et de 1 € à terme », promettait-il.

Mais cette consultation a surtout

été l’occasion de partir à la rencontre

des citoyens, de mener avec eux le

débat, d’échanger les arguments.

Une sorte d’atelier d’éducation populaire

à grande échelle organisé par les

militants et les élus du Parti de

gauche sur les marchés, devant les

centres commerciaux, au cours de

réunions de quartier et même dans

les entreprises. Aucun moyen n’a été

laissé à l’écart pour impliquer le plus

possible les habitants et les salariés

du territoire.

Nathanael Uhl

Categories: Actualité, Parti de Gauche Tags:

Le Parti de gauche au coeur des manifestations

La mobilisation contre le projet gouvernemental de réforme des retraites prend de l’ampleur. Les militants du Parti de gauche présents, jeudi, dans les manifestations, et ils y étaient en nombre, l’ont constaté. Que ce soit à Bordeaux, à Marseille, à Lyon, à Paris ou à Guéret, tous nous disent que les manifestants étaient bien plus nombreux que lors de la précédente journée d’action : 2 millions, selon les syndicats, bien moins pour la police, qui double néanmoins ses chiffres par rapport au 27 mai. Entre temps, le gouvernement a présenté les grandes lignes de son projet. Et chacun a pu constater que le scénario noir (recul de l’âge légal, allongement de la durée de cotisation, hausse des cotisations des fonctionnaires, contributionsymboliquedes revenus financiers…) que nous annoncions n’était pas une vue de l’esprit. D’où cette combativité retrouvée qui a fait grossir les défilés. Et une soif de comprendre comment l’on pourrait vraiment préserver nos retraites. À Paris, à la moitié du défilé, qui a duré plus de cinq heures, les militants du PG qui tenaient un gros point fixe place de la Bastille, n’avaient déjà plus rien à distribuer. Les 25 000 tracts du Front de gauche étaient partis comme des petits pains. Pas mal pour une manif dont la police veut nous faire croire qu’elle n’a rassemblé que 47 000 personnes ! Le 24 juin, un mouvement s’est levé en faveur du retrait du projet du gouvernement. Le PG y a toute sa place. Octave Honorin

Categories: Actualité, Parti de Gauche Tags: