Accueil > Actualité, Europe, opposition à SARKOZY, Parti de Gauche > flashs infos du parti de gauche janvier 2012

flashs infos du parti de gauche janvier 2012


Flashs infos
La@lettre du Parti de Gauche

Poissy, Plaisir, Les Clayes,
St Germain en Laye, Achères, Le Pecq,
Marly,
Villepreux, St Nom la Bretèche, Le Chesnay,
La Celle St Cloud..….
30 janvier 2012

La Finance prédatrice

De 2002 à 2007, donc avant la crise, les retours financiers par rapport aux capitaux (ROE) de BNP Paribas se sont élevés à plus de 18% en moyenne avec plus de 20% trois annéessur six. Sans rapport avec la croissance, avec les taux d’intérêt, avec les obligations d’État même majorées pour prime de risque de % voire 4%….Pendant ces années, la finance a bien accaparé une large partie de la richesse créée pour une valeur ajoutée réelle sans commune mesure.

Statistiques…

Alternatives Économiques de Février2012 : des chiffres qui parlent. Entre 1970 et 2010, les dividendes nets des entreprises non financières rapportés à l’excédent brut d’exploitation sont passés de 12,8% à 29,8%. Le taux d’investissement est lui passé de 21,9% à ..18,7%. Les profits distribués ont cru très largement, le taux d’investissement a diminué. Il ne faut pas chercher plus loin une des raisons de la situation en France, une raison d’une croissance en
berne aujourd’hui. Le patronat qui déverse des leçons constantes d’économie ne les appliquent donc pas pour lui même.

France Allemagne : prix du travail

Le quotidien économique Les Echos, peu suspect de sympathies à gauche, recadre les affirmations fantaisistes sur le prix du travail en France et en  Allemagne : « Le coût horaire de la main-d’œuvre a progressé plus vite en France qu’en Allemagne lors des dix dernières années. En niveau,  L’industrie fait quasi jeu égal. »

En témoignent les chiffres donnés cette fois par l’organisme patronale COE Rexécode dans l’industrie manufacturière et pour les entreprises de 10 employés et plus : Allemagne : 34,94 €/h, France : 35,71 €/h. (Les Échos 300112)

France Allemagne : prix du travail  suite

L’OCDE est un organisme international qui ne connait et ne veut connaitre que le libéralisme économique. Ses jugements et ses rapports n’en sont alors que plus intéressants quand ils parlent d’éducation. Pour la France : « de sérieux risques de ralentissement en matière de taux de scolarisation, de
salaires des enseignants et du poids des inégalités sociales dans la réussite des élèves. »

« Regards sur l’éducation » 13Septembre2011

France Les salaires des enseignants  (en €/heure) :« Regards sur l’éducation » 13Septembre2011

Primaire        Collège           Lycée
France              :    29,3…………..31,3             31,7
Allemagne        : 50,0              55,2             60,2

Depuis 1995, le salaire réel statutaire des enseignants en France a diminué alors même qu’il est déjà inférieur à la moyenne de l’OCDE ! Et la
durée du travail des enseignants allemands est loin d’être  très  supérieure à celle des enseignants français!
Une référence en trop
Dans son intervention lors de l’émission du jeudi 26 janvier sur France 2, François Hollande  a fait  référence à Pierre Mendès-France probablement pour le sens de la responsabilité et la passion de dire la vérité de ce dernier. François Hollande a voté OUI au Traité de Maastricht, OUI au Traité Constitutionnel Européen, Traité rejeté par le peuple français. François Hollande a voté  POUR le Traité de Lisbonne, quasi copie du TCE, après avoir fait en sorte que le vote du peuple puisse être surpassé, ce qui n’est pas une marque d’attachement viscérale à la démocratie. Pierre Mendès-France, dans un
magnifique discours à l’ Assemblée Nationale le 18 janvier 1957, s’est prononcé CONTRE le Traité de Rome dans lequel figure d’ailleurs la mention d’une
« concurrence libre et non faussée ». De façon prémonitoire PMF indiquait, notamment, la voie dangereuse dans laquelle s’engagerait la
construction européenne à partir de telles conceptions néolibérales.
Pierre Mendès-France avait une vision (qui s’est avérée fort juste dans la réalité) bien différente de celle de François Hollande.

Médias entre eux…

Marianne du 28 janvier 2012 tacle le Monde : « Quand Jean-Luc Mélenchon dénonce la finance folle, le Monde le traite de populiste. Quand
François Hollande en fait autant, le quotidien du soir en conclut qu’il  « s’ancre à gauche ». Où l’on voit que certains ancrages sont mieux acceptés
que d’autres.
Nous nous souvenons et nous souviendrons toujours du compte rendu fin 2008 de la création du Parti de Gauche. Un entrefilet sur une seule colonne et quelques lignes signalant un nombre de participants (1000) trois fois moindre que le réel constaté (3000).
La première démission du PG fut traité sur plusieurs colonnes un titre en gras et une vingtaine de lignes..etc. etc…..Le Monde, journal d’information
qui fut de référence, n’ aime pas ce qui le gène et surtout ce qui peut gêner le libéralisme économique.

Concurrence libre et non faussée

L »arrivée de Free dans la téléphonie mobile donne du grain à moudre aux médias, mais les laisse quelque peu perplexes. Certes, disent ils, cette nouvelle concurrence fait baisser les prix. Ce qui revient à avouer qu’il n’y avait pas jusque là de véritable concurrence. Félicitations pour cette œuvre majeure de l’Union Européenne, la « libéralisation » des Télécoms. Ces mêmes médias qui ne s’offusquaient pas qu’ en 2007 par exemple, les marges des opérateurs mobiles dépassaient les 40% ! Que les coûts de publicité d’Orange atteignaient les 25% ! Ces mêmes médias se demandent si l’arrivée fracassante de Free ne va pas être plus nocive qu’utile en terme d’emplois notamment. Qu’ils se demandent si l’installation d’une batterie d’antennes par chaque opérateur n’est pas un épouvantable gâchis financier (et environnemental). Qu’ils réfléchissent posément : c’est, jusqu’à présent au moins, la Commission de Bruxelles qui a autoritairement fait baisser les prix (reconnaissant ainsi d’ailleurs les limites de sa propre politique). Baser une politique sur la notion de « concurrence libre et non faussée » est antinomique d’ une véritable politique industrielle et provoque un gaspillage véritable. A moins que la publicité dont ces opérateurs abreuvent les médias soient pour eux un aspect positif !

 

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks